LES RELATIONS HUMAINES ET SOCIALES
LA MOTIVATION DU PERSONNEL


I LES ASPIRATIONS DU PERSONNEL
II LES MOYENS DE MOTIVER LE PERSONNEL DE L'ENTREPRISE

I LES ASPIRATIONS DU PERSONNEL

  1. LA SATISFACTION DES BESOINS PRIMAIRES

    • TAYLOR a soutenu que le salarié n'est motivé que par le salaire.
    • Le salaire permet de satisfaire des besoins matériels.
    • Dans l'OST, la rémunération est conditionnée par le rendement.
    • L'échec du taylorisme provient en partie du manque de considération pour la personne.
  2. LA SATISFACTION DES BESOINS SOCIAUX

    • MAYO a montré qu'une personne peut puiser sa motivation dans :
      • le sentiment d'appartenance à un groupe,
      • la considération et la reconnaissance du supérieur
  3. LA SATISFACTION DES BESOINS DE REALISATION

    • MASLOW relève une hiérarchie dans les besoins à satisfaire (telle une pyramide) :
      • à la base, les besoins primaires (ou physiologiques),
      • ensuite les besoins de sécurité,
      • au dessus les besoins sociaux (ou besoins d'appartenance),
      • encore au-dessus, les besoins d'estime,
      • et au sommet, les besoins de réalisation de soi.
    • HERZBERG distingue, parmi ces besoins, les facteurs de démotivation et de motivation.
  4. DES FACTEURS DE MOTIVATION ET DE DEMOTIVATION LIES AU TRAVAIL

    • Les facteurs de motivation
      • sécurité de l'emploi,
      • possibilités d'évolution,
      • rémunération en fonction des performances individuelles,
      • relations satisfaisantes avec les autres salariés, les supérieurs.
      • la responsabilité,
      • l'autonomie,...
    • Les facteurs de démotivation (ou de stress dans le travail)
      • salaire insuffisant,
      • menaces de licenciement ou travail précaire,
      • cadre de travail sans confort,
      • conditions de travail pénibles (cadence, travail posté, délais tendus..)
      • flou dans l'organisation et les responsabilités,
      • manque de compétence de la hiérarchie,
      • mauvaise ambiance de travail,...

II LES MOYENS DE MOTIVER LE PERSONNEL DE L'ENTREPRISE

  1. LES POLITIQUES DE GESTION DU PERSONNEL

    • Manager par la pression.
      • On stresse les individus pour qu'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes.
      • Cette politique de gestion du personnel consiste à :
        • Imposer des contraintes,
        • lier rémunérations et performances pour atteindre certains objectifs.
      • exemple : management des commerciaux qui développe l'agressivité des services de vente.
    • La gestion participative des ressources humaines.
      • chercher à rendre les individus plus autonomes, possibilités d'initiatives.
      • La motivation s'obtient en combinant plusieurs outils :
        • La rémunération (facteur toujours important),
        • l'autonomie, la responsabilité, la participation aux décisions (=stimulation),
        • la formation, l'information et la promotion (=implication).
        • les conditions de travail (ergonomie, horaires...= qualité de vie donc +motivation).
  2. AVANTAGES ET LIMITES DES MESURES DESTINEES A MOTIVER LE PERSONNEL

    1. EFFETS POUR L'ENTREPRISE.
      • Avantages :
        • amélioration de la productivité, qualité des produits et des service,
        • dynamisme et efficacité des individus, des équipes,
        • moins d'absenteisme, plus de fidélité des salariés,
        • réduction des conflits,
        • investissement du personnel dans les nouveaux projets.
      • Limites :
        • les coûts risquent d'augmenter si la productivité est insuffisante.
        • exigence toujours accrue du personnel.
        • difficulté de remettre en cause les avantages acquis.
    2. EFFETS POUR LES SALARIES.
      • Avantages :
        • augmentation des revenus,
        • épanouissement personnel,
        • sentiment d'appartenance à une bonne entreprise,
        • émulation, responsabilisation,
        • implication dans le travail.
      • Limites :
        • sentiment de dépendance vis à vis de l'entreprise,
        • persistance des difficultés d'adaptation aux nouveautés pour les salariés anciens,
        • jalousie, concurrence entre salariés.