LA PLANIFICATION


Plan :
  1. NATURE ET HISTOIRE DE LA PLANIFICATION
    1. Qu'est-ce que la planification ?
    2. La planification, des origines à nos jours
  2. MISE EN OEUVRE DE LA PLANIFICATION
    1. Les quatre objectifs du processus de planification
    2. Les quatre étapes de la mise en oeuvre de la planification
  3. L'AVENIR DE LA PLANIFICATION
    1. Avantages
    2. Limites et critiques
    3. Les plans d'activité (business plans)
    4. La prospective ou comment penser l'avenir ?

  1. NATURE ET HISTOIRE DE LA PLANIFICATION
    1. Qu'est-ce que la planification ?
      Définition : " la planification consiste à concevoir un futur désiré et les moyens d'y parvenir" R-L Ackoff
      1. Aspects essentiels
        • l'entreprise n'est pas passive en face du futur; elle conçoit des B&S nouveaux et elle choisit les moyens de production adéquats.
        • Cette prévision de la demande future comporte un risque d'erreur, mais pousse l'entreprise à agir.
      2. Caractéristiques
        • la planification est définie dans le temps :
          • à court terme (jusqu'à un an; plan médias, plan de vente, plan de promotion)
          • à moyen terme ( de 2 à 4 ans; opérationnels mais moins précis; plan d'implantation d'un site, plan de développement dans une région...)
          • à long terme ( de 5 ans et plus; les plans stratégiques engageant l'entreprise durablement; plan de diversification d'activités, )
        • la planification porte sur un objectif plus ou moins large :
          • un projet (modification de l'image d'un produit, la qualité...)
          • une fonction (plan de production, plan de financement...)
        • la planification est plus ou moins formalisée
          • tous les salariés ou un petit groupe seulement
          • réunions ponctuelles entre responsables ou mobilisation permanente d'un comité de planification
          • donner lieu à des publications plus ou moins nombreuses.
    2. La planification, des origines à nos jours
      1. Des origines à 1945; la reconstruction
        des plans à court terme sans cohésion avec un plan d'action global.
      2. l'après-guerre et les années 60; l'expansion économique
        la planification de long terme
      3. les années 70 - le triomphe de la planification stratégique; l'après choc pétrolier de 1973.
        la planification stratégique au niveau mondial
      4. Les années 80 -les projets d'entreprise; la crise
        Rassembler tous les acteurs de l'entreprise dans un projet commun.
      5. Les années 90 - le temps des incertitudes
        l'évolution du progrès technique, du traitement de l'information, de la recherche de la qualification, le chômage, des bouleversements géopolitiques, de l'émergence de nouveaux concurrents et de la mondialisation de l'économie sont des éléments à prendre en compte pour faire des prévisions; c'est la prospective.
  2. MISE EN OEUVRE DE LA PLANIFICATION
    1. Les quatre objectifs du processus de planification
      1. Maitriser la complexité croissante des modes de production oblige l'entreprise à réunir de multiples compétences, et à en planifier le développement
      2. Dominer l'imprévisibilité de l'environnement en se fixant un objectif avec assez de marge pour pouvoir changer si nécéssaire.
      3. Agir en mesurant les risques présents et à venir.
        • garder son identité, sa culture d'entreprise
        • chercher à faire participer tous les acteurs de l'entreprise à son élaboration
        • les décisions se prennent selon la structure centralisé (comité de direction) ou une structure décentralisée (tous les niveaux hiérarchiques)
      4. Mobiliser les équipes; la participation à l'élaboration conditionne une réelle implication, tout en informant et en motivant.
    2. Les quatre étapes de la mise en oeuvre de la planification
      1. 1° étape : le diagnostic
        • analyse interne : forces et faiblesses de l'entreprise. (les hommes, sa technologie, sa capacité financière)
        • analyse externe : les menaces et les opportunités de l'environnement. (évolution des marchés de ses produits, mesurer, maintenir et faire évoluer un avantage concurrentiel)
      2. 2° étape : le plan stratégique
        • définir et chiffrer des objectifs généraux en fonction de plusieurs hypothèses, qui vont engager l'avenir de l'entreprise pendant plusieurs années.
      3. 3° étape : budgets et programmes
        Les Objectifs à atteindre et les moyens utilisés des plans opérationnels à court et moyen terme, sont la dernière étape.
        Plusieurs budgets sont suivis :
        • le budget fonctionnel (fonction commerciale, administrative...)
        • le budget des capitaux (tableau de financement prévisionnel, budget de trésorerie...)
        • le budget des centres de responsabilité (budget d'un site de production, budget confié à un chef de produit, budget informatique)
      4. 4° étape : contrôle et mesures correctives
        • l'analyse des écarts permet de mettre en place des mesures correctives.
        • un objectif non réalisé ou dépassé doit conduire à des questions :
          • l'objectif était-il réaliste ?
          • les moyens alloués étaient-ils suffisants ?
          • les équipes étaient-elles suffisamment mobilisées pour l'atteindre ?
          • les hépothèses d'évolution de l'environnement se sont-elles confirmées ?
  3. L'AVENIR DE LA PLANIFICATION
    1. Avantages
      • la planification oblige à proposer des solutions pratiques, sous contrainte de temps et de moyens, avec une démarche rationnelle et réaliste.
      • la planification donne une vision globale de l'entreprise
      • la planification oblige l'entreprise à s'interroger sur ses interactions avec son environnement.
      • la planification conduit à clarifier les grands objectifs en les formulant clairement.
      • l'identification des choix justifient les options retenues et facilite leur correction lors de leur réalisation
      • la planification contribue à la motivation des équipes
    2. Limites et critiques
      • La planification ne doit pas rester au stade de projet, elle doit trouver une application pratique
      • le contexte économique imprévisible peut remettre en question le bien-fondé des projets.
      • la planification entraine une bureaucratie supplémentaire.
      • la planification mobilise des hommes et des moyens matériels qu'il faut financer au détriment de la production.
      • la planification diminue l'initiative des personnes.
      • la planification peut nuire à la flexibilité de l'entreprise à l'heure actuelle qui demande une adaptation permanente des économies.
    3. Les plans d'activité (business plans)
      1. Pourquoi les plans d'activité sont-ils si courants ?
        • les obligations de prévision d'activité à court et moyen terme sont nécéssaires à l'entreprise.
        • il revient à chaque responsable opérationnel de fournir un volume d'activité prévisionnel, un besoin humain et matériel et une estimation de la rentabilité à sa direction générale.
        • L'organisation des entreprises en centres de profit conduit chaque unité autonome, sur le terrain, à proposer un projet budgétisé.
      2. Une démarche budgétaire
        • Les acteurs en contact avec le marché font remonter leurs plans à la direction générale selon 3 étaoes ;
          • un budget annuel (quantité, prix de vente, couts, marges, rentabilité)
          • une projection de ce budget sur les 2, 3 voire 4 années à venir.
          • la direction est chargée de la coordination de l'ensemble des plans d'action proposés, en fonction de la stratégie globale de l'entreprise, en recherchant la meilleure synergie entre les diverses activités.
    4. La prospective ou comment penser l'avenir ?
      1. La crise de la prévision nuit à la planification
        • l'analyse statistique n'est plus suffisante pour appréhender un environnement mouvant
        • les entreprises n'ont qu'une vision partielle de leur action, et ne se préoccupe moins des conséquences sociales, politiques ou environnementales.
        • L'examen du passé ne permet plus de prévoir l'avenir.
      2. la prospection, un nouveau regard.
        • la prospective consiste à imaginer différents futurs, et à construire des scénarios envisageant une pluralité de situations possibles.
        • il convient d'abandonner ses habitudes mentales, pour examiner l'environnement de manière créative.
        • il convient d'abandonner ses habitudes mentales, pour examiner l'environnement de manière créative.
        • des questions nouvelles :
          • quels seront les rapports de force entre les acteurs économiques ?
          • quelles techniques utilisera-t-on dans les années à venir ?
          • quels consommateurs et quel marchés faudra-t-il satisfaire ?
          • quels sont les futurs partenaires de l'entreprise (les nouvelles relations interentreprises; maillage, réseaux)
          • quelles seront les bonnes questions de demain ?
        • La technique du remue-méninge (brain-storming) est privilégiée pour faire émerger de nouvelles solutions :
          • élaborer des scénarios à partir d'hypothèses les plus nombreuses, voire les plus farfelues.
          • Sélection et chiffrage des scénarios les plus probables.
          • Décision précise sur des options stratégiques.
Retour aux supports